Chroniques

Nuits musicales d’Uzès / Cathédrale Saint Théodorit
 -  22 juillet 2014

Musique profane ou musique sacrée ? Musique de théâtre ou d’église ? Prolifique en ces matières, le monde baroque regorge d’œuvres diverses autant que variées qui puisent à la fois dans les auteurs antiques...

voir
 
Festival de Radio France et Montpellier Languedoc-Roussillon / Corum
 -  21 juillet 2014

Suite au concert de l’Orchestre national de France du 16 juillet dernier (programme Wagner, Stephan, Reger et Brahms) et lien entre les deux volets chambristes des 21 et 22 juillet, Autour de 14, ...

voir
 
Festival de Radio France et Montpellier Languedoc-Roussillon / Corum
 -  19 juillet 2014

Encore électrisés par la soirée Ravel de vendredi, nous retrouvons ce soir les Chœur et l’Orchestre Philharmonique de Radio-France dans un programme de musique russe reliant, en complément du concerto...

voir
 
Festival de Radio France et Montpellier Languedoc-Roussillon / Corum
 -  18 juillet 2014

Après l’Orquestra Simfònica de Barcelona i Nacional de Catalunya [lire notre chronique du 15 juillet 2013] et l’Orchestre national...

voir
 
Festival de Radio France et Montpellier Languedoc-Roussillon / Corum
 -  18 juillet 2014

18 juillet, 18 heures. Échappons, pour quelques instants, à la fournaise montpelliéraine en nous précipitant vers l’oasis climatisé de la Salle Pasteur où retrouver le Quatuor Modigliani dans une proposition, détonante s...

voir
 
Festival de Radio France et Montpellier Languedoc-Roussillon / Corum
 -  17 juillet 2014

On le sait, Montpellier accorde une place importante à l’art de son temps. Il suffit pour cela de considérer les expositions Viallat et Combas qui accueillent les visiteurs cet été (respectivement au Musée Fabre et au Carré...

voir
 
Festival de Radio France et Montpellier Languedoc-Roussillon / Corum
 -  16 juillet 2014

Il y a quelques jours, l’Allemagne remportait sa quatrième Coupe du monde de football, cent ans après avoir été au cœur d’un conflit international sans précédent (Japon et Royaume-Uni lui déclarent...

voir
 

l'objet sonore

1 coffret 2 CD Deutsche Grammophon (2014)
- 0289 479 3387 8
CD

Existe-t-il encore une place pour un nouvel enregistrement audio d’Elektra, au milieu des versions Karl Böhm, Wolfgang Sawallisch, Georg Solti, Herbert von Karajan et autres « monstres »...

voir
 
1 CD Deutsche Grammophon (2014)
- 0289 479 3441 7
CD

Le dernier programme de Claudio Abbado aura été un programme d’inachevées, avec la Symphonie en si majeur D.759 « Die Unvollendete » (longtemps numérotée 8) de Franz Schubert, en deux...

voir
 

1 coffret 2 CD Archiv Produktion 479 2199

Cet Orlando HWV 31 réunit Bejun Mehta (Orlando), Sophie Karthäuser (Angelica), Kristina Hammarström (Medoro), Sunhae Im (Dorinda) et Konstantin Wolff (Zoroastro)....

en echo

Strauss dirige Strauss

Comme compositeur et chef d’orchestre, Richard Strauss (né à Munich le 11 juin 1864, mort à Garmisch-Partenkirchen le 8 septembre 1949) fut l’un des représentants les plus significatifs du postromantisme. Ce coffret de sept CD fait renaître l’interprète à travers sa musique, bien sûr, mais aussi celle de ses aînés. Quatre d’entre eux permettent d’entendre des œuvres aussi variées que Don Juan, Till Eulenspiegel, Interlude symphonique tiré d’Intermezzo, Danse des Sept Voiles tirée de Salome, Tod und Verklärung, Suite tirée de Der Bürger als Edelmann, Ein Heldenleben, Japanische Festmusik, Waltz sequences tiré de Der Rosenkavalier, Don Quixote (deux versions) ainsi que des Lieder. Le reste du coffret est consacré à Beethoven (Symphonies n°5 et n°7), Mozart (Symphonies n°39, n°40 et n°41 « Jupiter », Ouverture de Die Zauberflöte), et à des ouvertures signées Cornelius, Gluck, Weber et Wagner. (1 coffret Deutsche Grammophon 7 CD 479 2703) en savoir plus

Krauss dirige Strauss

Étudiant à la Gesellschaft der Musikfreunde (Société des amis de la musique) de Vienne, Clemens Krauss (né à Vienne le 31 mars 1893, mort à Mexico le 16 mai 1954) dirige ensuite dans de nombreuses villes (Brno, Riga, Nuremberg, Stettin, Francfort, Vienne, Munich, etc.). Il est particulièrement associé aux œuvres de Richard Strauss (1864-1949), comme en témoigne ce coffret qui regroupe des titres variés : Don Juan, Ein Heldenleben (avec le violoniste Willi Boskovsky), Also sprach Zarathustra, Don Quixote (avec les violoncelliste Pierre Fournier et altiste Ernst Moraweg), Sinfonia domestica, Le Bourgeois gentilhomme (Suite Op.60), Aus Italien, Till Eulenspiegels lustige Streiche et Salome (avec Christel Goltz dans le rôle-titre, Julius Patzak, Margareta Kenney et Hans Braun. (1 coffret 5 CD Decca 478 6493). en savoir plus

Edito

juillet 2014

« Fin 44. Avec Dessau et les Eisler chez Schönberg pour le dinner. Schönberg étonnamment plein de tempérament, semblable à Gandhi, dans sa veste de soie bleue californienne, un mélange de génie et de bizarrerie. Ainsi, il se plaint de la brièveté du délai de protection des œuvres de l’esprit (« Mon garçon, quand il aura 45 ans, ne touchera plus un cent » dit-il, comme s’il parlait d’une monstruosité). Puis de nouveau, un peu coquet, mais pas seulement cela, il déclare que contrairement à d’autres, peu nombreux naturellement, il trouve que ses œuvres rendent parfois un son horrible. Après les avoir couchées sur le papier, il ne les comprend plus que difficilement, et serait obligé de les étudier péniblement. »

Bertolt Brecht, Journal d'Amérique (1941-1947)
traduit par Philippe Ivernel – L'Arche Éditeur

dossier

Daniele Gatti
Avec la Traviata qu’il dirigeait cet hiver à la Scala, mais encore le Falstaff d’Amsterdam tout récemment, bientôt Il Trovatore au Salzburger Festspiele et Macbeth au Théâtre des Champs-Élysées la saison prochaine, Daniele Gatti s’impose assurément comme un grand chef verdien de la scène internationale. À la tête de l’Orchestre national de France, il s’est distingué par une remarquable intégrale Gustav Mahler, mais encore à travers des grands cycles symphoniques, comme celui dédié à Tchaïkovski. Il nous parle de geste, de son, de mise en scène… de musique, naturellement !
voir
 

Partenariat

« Dowland, écrit le Bâlois Christoph Denoth, a composé sa musique spécifiquement pour le luth – à l’époque l’instrument solo le plus usité. Bien que la guitare soit un instrument différent, elle peut néanmoins reproduire le son d’origine du luth et créer une musique contenant la même intensité émotionnelle. » (1 CD Signum Classics SIGCD 382)

Anaclase

Régulièrement l’équipe décerne une Anaclase! aux sorties d’albums qui ont attiré son attention.