Chroniques

Conservatoire à Rayonnement Régional, Paris
 -  12 décembre 2014

« On n’a pas tous les jours vingt ans… » gouaillait Berthe Sylva, alors que la station Paris-PTT montrait la toute première émission de télévision. Près de huit décennies plus tard, que...

voir
 
Salle Pleyel, Paris
 -  10 décembre 2014

Ce n’est pas, à parler droit, un mauvais concert. Avant que de donner la Grande messe en ut mineur K.427 dans l’achèvement qu’il en réalisa lui-même – en 1783, Wolfgang Amadeus Mozart laissait en...

voir
 
Auditorium du Musée d’Orsay, Paris
 -  9 décembre 2014

Inauguré il y a près de quatre semaines [lire notre chronique du 13 novembre 2014], le cycle back to Bach se poursuit à l’...

voir
 
Philharmonie, Berlin
 -  6 décembre 2014

Entendre les Berliner Philharmoniker dans leur salle reste un plaisir unique, même lorsqu’au dernier moment, et pour la deuxième fois en quelques mois dans un programme consacré à Gustav Mahler, le chef initialement prévu...

voir
 
Philippe Maillard Productions – Les grandes voix / Salle Gaveau, Paris
 -  6 décembre 2014

Pour son deuxième récital à Gaveau [lire notre chronique du 10 janvier 2013], Franco Fagioli retrouve une salle comble et un public déjà...

voir
 
Auditorium du Louvre, Paris
 -  3 décembre 2014

Le cycle de Rameau à Daho se poursuit au Louvre avec ce récital du pianiste Jean-Efflam Bavouzet, consacré en partie à des opus rares mais aussi à des pages de répertoire, sans oublier une transcription des plus réussies...

voir
 
Gran Teatre del Liceu, Barcelone
 -  29 novembre 2014

Opéra de transition, Arabella est le dernier échange entre Richard Strauss et Hugo von Hofmannsthal, mort le 15 juillet 1929 alors que seul le premier des trois actes se présentait dans sa forme définitive. Placé entre...

voir
 

l'objet sonore

1 SACD Chandos Records (2013)
- CHSA 5122
CD

L’infatigable Neeme Järvi, directeur musical de l’Orchestre de la Suisse Romande depuis 2012, propose aujourd’hui une sélection de pages connues et d’autres moins fréquentées, constituant un programme...

voir
 
2 CD CSO Resound (2013)
- CSOR 901 1303
CD

Si de nombreuses versions du dernier chef-d’œuvre tragique de Giuseppe Verdi sont disponibles, et des plus illustres, il en est un peu moins qui soient à la fois des captations live et des enregistrements récents....

voir
 

1 CD Ondine ODE 1175-2

Trois pièces écrites par Lindberg (né en 1958) au XXIe siècle constituent ce programme : Jubilees (2000/2002), Concerto pour violon (2006) et Souvenir (2010)....

en echo

Liatochinski chez Naxos

Né à Jytomyr en 1895 et mort à Kiev en 1968, Boris Liatochinski est souvent vu comme le père de la musique ukrainienne du XXe siècle. Il commence à livrer des pièces pour piano à l’adolescence, et plus tard, en parallèle d’études de droit, se tourne vers Reinhold Glière pour perfectionner son art. Le style de Liatochinski subit l'influence de l'École classique russe, avec un penchant pour le nationalisme et des affinités avec le folklore slave. À son catalogue, on trouve notamment des musiques de scène (les opéras L'Anneau d'or, Shchors et Le Commandant) ou pour le cinéma (Taras Chevtchenko, Ivan Franko, etc.), cinq quatuors à cordes (conçus entre 1915 et 1951) et autant de symphonies (écrites entre 1919 et 1966). En trois enregistrements, le label Naxos réédite ces dernières, déjà parues voilà vingt ans : La Première Op.2 (8.555578), les Deuxième Op.26 et Troisième Op.50 (8.555579), ainsi que les Quatrième Op.63 et Cinquième Op.67 « Slave » (8.555580). Theodore Kuchar dirige ici l’Orchestre Symphonique de l'État Ukrainien. en savoir plus

Phase 4 stereo

Branche américaine de Decca, le label Phase 4 stereo apparut en 1961, donnant vie à quelques deux cents enregistrements dans le domaine classique. Le présent coffret en propose quarante, dont onze pour la première fois en CD. La musique russe y est particulièrement présente puisqu’on retrouve ici Tchaïkovski, Moussorgski et Rimski-Korsakov sous la baguette de Leopold Stokowski, mais aussi Prokofiev (Pierre et le loup raconté par Sean Connery), Borodine (Danses polovtsiennes) et Khatchatourian (ballets extraits de Spartacus). Sans grande originalité, la musique française est représentée par Berlioz, Offenbach, Ravel et Bizet (Marilyn Horne incarnant Carmen). Côté cinéma, évoquons la musique de Ben Hur, écrite et dirigée par Miklós Rózsa, et celle de Bernard Herrmann composée pour Hitchcock (Psycho, Marnie, North by Northwest, Vertigo) ou le genre fantastique (The seventh voyage of Sinbad, Farenheit 451, etc.). (1 coffret 40 CD Decca 478 6769) en savoir plus

Edito

décembre 2014

         « En effet, celui qui est sûr de détenir la vérité n’a plus besoin de la chercher, il ne ressent plus la nécessité de dialoguer, d’écouter l’autre, de se confronter authentiquement à la variété du multiple. Seul celui qui aime la vérité peut la rechercher constamment. Voilà pourquoi le doute n’est pas l’ennemi de la vérité, mais un aiguillon qui nous incite continuellement à la rechercher. Quand on croit vraiment en la vérité, on sait que le seul moyen pour la maintenir toujours en vie consiste justement à la mettre continuellement en doute. Donc, si on ne commence pas par refuser l’idée même d’une vérité absolue, il ne peut y avoir aucune place pour la tolérance. »

Nuccio Ordine, L’utilité de l’inutile (Les Belles Lettres, 2014)

dossier

Max Emanuel Cenčić
Tandis qu’à l’Opéra Royal (Château de Versailles, trois représentations) aura lieu la première française de Siroe, opéra seria en trois actes de Johann Adolf Hasse (1733), sort aujourd’hui dans les bacs l’enregistrement réalisé à Athènes en juillet dernier (Decca). Avec cette nouvelle prise de rôle du contre-ténor Max Emanuel Cenčić [photo © Julian Laidig], l’on s’étonnera de le découvrir producteur et metteur en scène d’une opération ô combien aventureuse et passionnante, menée avec le chef George Petrou. Aux lecteurs d’Anaclase, il parle de son approche du livret de Métastase, de la vocalité selon Hasse, mais encore de son nouveau métier et des circonstances qui l’y menèrent…
voir
 

Partenariat

En parallèle de ses opéras, les Lieder intimistes de Wagner (1813-1883) mêlent fraîcheur et sentimentalité – ici interprétés par le soprano Michela Sburlati et le pianiste Marco Scolastra. Si l’on y rencontre sans surprise Goethe (Melodram) et Heine (Les deux grenadiers), on sera plus étonné d’y découvrir des textes de Victor Hugo (Attente) et Pierre de Ronsard (Mignonne). De même, après une version originale des Wesendonck-Lieder, nos artistes proposent sa version italienne, réalisée par Arrigo Boito. (1 CD Brillant Classics 94451)

Anaclase

Régulièrement l’équipe décerne une Anaclase! aux sorties d’albums qui ont attiré son attention.