Chroniques

Teatro Regio, Turin
 -  24 octobre 2014

D’Otello, la capitale du Piémont n’en avait point vu depuis dix-sept printemps – c’était alors la production salzbourgo-turinoise d’Ermanno Olmi dont Claudio Abbado menait la fosse. Le...

voir
 
Romantisme entre guerre et paix / Palazzetto Bru Zane, Venise
 -  17 octobre 2014

Inauguré fin septembre par Au pays où se fait la guerre, récital vocal que nous applaudissions en tournée à Rome [lire notre...

voir
 
Salle Pleyel, Paris
 -  17 octobre 2014

À Paris, les bons concerts symphoniques s’enchaînent en ce début de saison. Cette fois, c’est à l’Orchestre Philharmonique de Radio France (fraichement rentré de grève) de montrer ses qualités sous la direction...

voir
 
Autunno in musica / Villa Médicis, Rome
 -  16 octobre 2014

Afin d’ouvrir la quatrième édition de son festival Autunno in musica (du 16 au 30 octobre), la Villa Médicis a choisi Au pays où se fait la guerre, récital vocal conçu en quatre actes et érigeant pour...

voir
 
Salle Pleyel, Paris
 -  16 octobre 2014

Trois semaines après le passionnant concert tchèque dirigé par Tomáš Netopil [lire notre chronique du 25 septembre 2014], l’Orchestre de...

voir
 
Auditorium du Louvre, Paris
 -  15 octobre 2014

Au Louvre se poursuit le cycle De Rameau à Daho présenté en partenariat avec le Palazzetto Bru Zane, une initiative grâce à laquelle nous découvrions, il y a une quinzaine de jours, l’excellent Dániel Lebhardt [...

voir
 
Théâtre des Champs-Élysées, Paris
 -  13 octobre 2014

L’année Rameau se poursuit (on fête le deux cent cinquantième anniversaire de sa disparition) avec cette nouvelle production de Castor et Pollux, tragédie en musique composée en 1737 sur un livret de Gentil-Bernard...

voir
 

l'objet sonore

1 CD Wigmore Hall Trust (2012)
- WHLive 0054
CD

Les enregistrements d’Anna Caterina Antonacci sont rares, qui plus est en récital. La firme du Wigmore Hall, qui capte ses propres programmes donnés dans le lieu éponyme, livre aujourd’hui l’un de ses récitals...

voir
 
1 SACD PentaTone Classics (2013)
- PTC 5186 448
CD

Depuis 2007, Marek Janowski poursuit chez PentaTone Classics une intégrale Bruckner avec son Orchestre de la Suisse Romande. Long dans sa gestation, ce projet apporte un regard personnel aux célèbres symphonies du maître de Linz...

voir
 

1 coffret 2 CD Archiv Produktion 479 3356

Inédit au disque, cet opéra composé en 1723 réunit Delphine Galou (Venere), Veronica Cangemi (Diana), Ruxandra Donose (Giove), Franco Fagioli (Apollo), Carlos Mena (Marte), Daniel Behle (Mercurio) et Luca Tittolo (Saturno...

en echo

Haydn par le Quatuor Festetics

Enregistrée à Budapest entre 1993 et 2006, cette intégrale des quatuors à cordes d'Haydn (1732-1809), interprétée par le Quatuor Festetics, constitue le projet le plus ambitieux de Michel Bernstein, le mythique fondateur d’Arcana, décédé quelques mois après l’enregistrement du tout dernier volume. Pour la première fois en coffret, cette réalisation monumentale est la première et unique version complète sur instruments historiques des cinquante-huit quatuors à cordes authentifiés par le compositeur pour la célèbre maison d’édition Artaria, présentés dans l’ordre chronologique en dix-neuf CD – soit une édition de référence, enrichie par le texte fouillé de László Somfai, l’un des plus éminents spécialistes d'Haydn. István Kertész (violon École de Milan, XVIIIe siècle), Erika Petőfi (violon Matthias Thier, Vienne 1770), Péter Ligeti (alto Matthias Albanus, Bolzano 1651) et Rezső Pertorini (violoncelle français, XVIIe siècle) ont étudié en profondeur les manuscrits originaux en s’appuyant largement sur les travaux du musicologue hongrois. (1 coffret 19 CD Arcana A378) en savoir plus

intégrale Rachmaninov

« La musique suffit à une vie entière – mais toute une vie ne suffit pas à la musique », constatait Sergueï Rachmaninov (1873-1943) vers la fin de sa vie. Dans les années qui suivirent sa mort, la réputation du compositeur fut ternie, notamment par un article du Grove’s Dictionary, ouvrage de préférence qui prédisait son oubli dans un portrait notoirement accablant et peu fondé. Au cours des dernières décennies, fort heureusement, son œuvre a gagné de nombreux champions et sa contribution unique est honorée. Ce coffret regroupe l’intégralité des opus du musicien, à commencer par ceux pour piano (transcriptions de Bach, Moussorgski et Schubert, et des versions originales et/ou historiques des concerti). Deux quatuors de jeunesse voisinent avec près d’une centaine de mélodies et ses opéras (Aleko, Le chevalier ladre, Francesca da Rimini, ainsi que le premier acte de Monna Vanna). Last but not least, nous pouvons entendre Rachmaninov lui-même dans ses célèbres enregistrements Ampico pour piano pneumatique. (1919-1929). (1 coffret 32 CD Decca 478 6765) en savoir plus

Edito

octobre 2014

         « En effet, celui qui est sûr de détenir la vérité n’a plus besoin de la chercher, il ne ressent plus la nécessité de dialoguer, d’écouter l’autre, de se confronter authentiquement à la variété du multiple. Seul celui qui aime la vérité peut la rechercher constamment. Voilà pourquoi le doute n’est pas l’ennemi de la vérité, mais un aiguillon qui nous incite continuellement à la rechercher. Quand on croit vraiment en la vérité, on sait que le seul moyen pour la maintenir toujours en vie consiste justement à la mettre continuellement en doute. Donc, si on ne commence pas par refuser l’idée même d’une vérité absolue, il ne peut y avoir aucune place pour la tolérance. »

Nuccio Ordine, L’utilité de l’inutile (Les Belles Lettres, 2014)

dossier

Daniele Gatti
Avec la Traviata qu’il dirigeait cet hiver à la Scala, mais encore le Falstaff d’Amsterdam tout récemment, bientôt Il Trovatore au Salzburger Festspiele et Macbeth au Théâtre des Champs-Élysées la saison prochaine, Daniele Gatti s’impose assurément comme un grand chef verdien de la scène internationale. À la tête de l’Orchestre national de France, il s’est distingué par une remarquable intégrale Gustav Mahler, mais encore à travers des grands cycles symphoniques, comme celui dédié à Tchaïkovski. Il nous parle de geste, de son, de mise en scène… de musique, naturellement !
voir
 

Partenariat

Né à Tokyo, Kotaro Fukuma commence le piano à cinq ans. Il obtient nombre de prix dans des concours internationaux tel que Tel Aviv, Santander ou encore Helsinki, jusqu’au Premier Prix et Prix Chopin à Cleveland, en 2003. Son répertoire comprend une quarantaine de concertos et des créations en première nationale ou mondiale. Après son disque Debussy déjà disponible chez Hortus, il revient aujourd’hui avec un programme russe réunissant Moussorgski, Glinka, Balakirev, Tchaïkovski et Stravinski (1 CD Hortus 115).

Anaclase

Régulièrement l’équipe décerne une Anaclase! aux sorties d’albums qui ont attiré son attention.